Amour du vita Malagasy…

A Madagascar, on a cette fâcheuse tendance à penser que le vita Malagasy** est synonyme de « ratsy » finition, « ratsy »** qualité ou trop cher pour ce que c’est… Parfois, c’est assez révoltant dans la mesure où nous ne nous gênons pas pour acheter « importé » au même prix et de voir qu’au final, ce sont les étrangers qui apprécient plus nos propres produits que nous-même. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’une généralité et en soi, il n’y a rien de mal à ce que d’autres pays s’intéressent à nos produits, bien au contraire. Mais qu’en est-il de nous, les malagasy ?

La qualité

Certes, la qualité n’est pas toujours top top avec le vita Malagasy. N’empêche, les artisans font leur maximum pour améliorer davantage leurs produits et il ne faut pas hésiter à visiter différents boutiques et marchés d’Arts Malagasy pour s’en appercevoir. Les salons et ventes expos dédiés permettent également de découvrir différents produits conçus avec amour par des artisans Malagasy. Une petite visite d’une à deux heures en périphérie en vaut largement le coup si vous souhaitez découvrir les merveilles de notre beau pays.

Les gens qui bossent derrière

Il faut savoir que l’Arts Malagasy, c’est comme toute entreprise. Il y a une structure, des impôts à payer, des matières premières à acheter mais surtout des personnes qui vivent de ce travail. Souvent, on ne juge que ce que l’on voit sans forcément nous rendre compte du travail que ça implique derrière. Je ne parle pas seulement du fondateur mais toutes ces petites mains qui s’acharnent à donner le meilleur d’elles-mêmes pour nous offrir des produits originaux, reflétant notre culture et notre savoir-faire à la malagasy. Selon moi, acheter du vita Malagasy c’est contribuer au moins à un kapoaka de riz ou aux frais de scolarité des enfants de ces personnes. Une bonne manière de joindre l’utile à l’agréable !

Un sentiment d’appartenance

On ne va pas se le cacher, c’est toujours une fierté de dire que « je suis habillée par un label malagasy« , « tu sais, mon sac je l’ai acheté au marché de Pochard, c’est du vita gasy » ou encore « j’ai commandé ses sandales en cuir à un artisan malagasy » au moment où on jette un peu de fleurs à notre look. C’est cette enthousiasme qui attire plus les gens à s’intéresser davantage sur nos produits locaux et les incitent à consommer plus du « Vita Malagasy ».

Il ne faut pas non plus être trop extrêmiste au point d’aduler nos produits et dénigrer ceux des autres pays. Le secret est de savoir trouver le bon équilibre et d’apprécier les siens tout en consommant les importations.

** Ratsy = mauvais

** Vita Malagasy = made in Madagascar

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s